Le toit de vos rêves

À la terrasse d'un café proche de la place Stanislas, à Nancy, Karine, juriste trentenaire, s'interroge sur son avenir professionnel. Envisageant une reconversion en région parisienne, elle à récemment revendu son 2-pièces pour reprendre une location : "Je me sens plus mobile, prête à saisir plus facilement une opportunité. Mais j'ai envie d'investir et je réfléchis à racheter, toujours en province, dans la Drôme ou au Pays basque, confie-t-elle. J'aimerais acheter une maison pour pouvoir avoir un point de chute à long terme." Comme pour la grande majorité des Français, être propriétaire demeure, dans l'idéal, synonyme d'acquisition d'une maison. L'image des enfants gambadant dans le jardin avec le chien reste le rêve immobilier par excellence plutôt qu'un appartement, notamment pour les jeunes ménages primo-accédants. Il y a aussi l'idée d'une résidence secondaire pour passer des week-ends entre amis ou réunir la famille pendant les vacances. Selon un récent sondage du site d'annonces immobilières Bien'ici.com, 63 % des femmes et 79 % des hommes interrogés déclarent, s'ils en ont le choix, préférer acheter une splendide maison plutôt qu'un magnifique appartement. Mais, à la question de savoir s'ils rêvent plutôt d'une habitation neuve ou ancienne et rénovée, les couples sont plus divisés : 56 % des femmes préfèrent les constructions neuves, alors que 86 % des hommes élisent l'ancien.

 

Engouement. Les ventes de maisons anciennes continuent à progresser © H. de Oliveira/EXPANSION-REA

 

 

Home sweet home

71 % des Français plébiscitent la maison individuelle comme leur habitat préféré, confirme un autre sondage du réseau Century 21. On est loin du château en Espagne : 38 % des sondés opteraient avant tout pour un pavillon plutôt qu'une maison dans un village ou une maison de ville, et seuls moins de 7 % rêvent d'un hôtel particulier. Ses principales caractéristiques ? De plain-pied, avec une pièce à vivre de taille significative et une chambre pour chacun des enfants, lumineuse, calme, chauffée au gaz et desservie par les transports en commun. 62 % des sondés veulent un garage, 59 % une terrasse et 35 % pouvoir disposer d'une cheminée, d'un sous-sol, d'une cave ou d'une véranda. Seuls 32 % des répondants rêvent d'une piscine. "Une grande pièce à vivre, un petit jardin pour profiter des barbecues mais sans passer ses dimanches après-midi à passer la tondeuse, et trois chambres, dont au moins une au rez-de-chaussée, c'est effectivement la demande typique", confirme Julien Raffin, directeur du groupe immobilier C2i à Garons, Bellegarde et Boullargues, près de Nîmes. Car la configuration séduit aussi bien les jeunes ménages que les seniors qui déménagent pour trouver un logement plus petit et fonctionnel, une fois les enfants partis, leur permettant d'anticiper les années à venir. Ce profil type révèle la volonté des ménages de dénicher un logement fonctionnel au quotidien.

 

Inflation

Preuve de cet engouement indéfectible, les ventes de maisons anciennes ont continué à progresser depuis le début de l'année. "Nous enregistrons un bond de 17 % au second trimestre sur un an, affirme Brice Cardi, président du réseau L'Adresse. L'activité est toutefois contrastée selon les régions : + 30 % dans les Pays de la Loire, notamment à Angers, + 20 % à Caen et son agglomération, mais + 5 % en Occitanie et à Montpellier." Principal moteur de ce dynamisme, le niveau historiquement bas des taux des crédits immobiliers, qui s'est établi en moyenne, hors assurance et toutes durées d'emprunt confondues, à 1,58 % en août, et toujours sous la barre des 2 % même pour les prêts sur vingt-cinq ans, selon l'Observatoire crédit logement/CSA. Il a ainsi permis aux secundo-accédants de s'agrandir à moindres frais, tandis que les primo-accédants ont eu recours au prêt à taux zéro (PTZ) pour améliorer leurs conditions d'emprunt. Pour rappel, le PTZ permet de financer sans intérêts l'achat d'un bien dans l'ancien sous conditions de travaux d'un montant au moins égal à 25 % du coût total de l'opération, ou jusqu'à 40 % dans le neuf. "Il a contribué à 17 % des constructions de maisons neuves en zone B2, soit les villes de taille moyenne, et 39 % en zone C, la moins tendue, indique Patrick Vandromme, PDG du groupe Maisons France Confort et de la fédération des constructeurs de maisons individuelles (LCA-FFB). Nous sommes donc très inquiets des conséquences du remaniement du dispositif pour l'an prochain."

 

Jardin d’Eden. 56 % des femmes ­préfèrent les maisons neuves, alors que 86 % des hommes élisent l’ancien. © ALEX CRETEY-SYSTERMANS/The New York Times

 

Le secteur devrait terminer l'année sur près de 140 000 ventes, soit 6 000 de plus que l'an dernier, mais loin du record de 2006 (168 000 ventes). Par ailleurs, dans l'ancien ou le neuf, les ventes de maisons ont ralenti durant l'été. Car les tarifs grimpent : "Au premier semestre 2017, le prix moyen des maisons a gagné 2,2 % par rapport au premier semestre 2016, à 2 010 euros/m2 au niveau national, et a frôlé le record historique atteint au premier semestre 2007 : 2 108 euros/m2 ", indique Laurent Vimont, président de Century 21 France. Ils atteignent même des niveaux trop élevés pour certains ménages. À Bordeaux, Rémy et Aurélie voulaient acheter une maison pour l'arrivée de leur futur enfant. "Dans notre quartier, en nous éloignant d'une station de tramway, nous avons visité une petite maison de 75 m2 avec jardin présentée à 290 000 euros où il était nécessaire de créer une troisième chambre. Trop cher et, en plus, il fallait se décider dans la journée car il y avait quatre autres visites", regrettent-ils. De fait, "la très légère remontée des taux d'intérêt constatée depuis son point bas de novembre 2016 ne permet plus de compenser la hausse des prix", s'inquiète Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris Ouest et porte-parole du baromètre LPI/Seloger. Les marges de manoeuvre se sont donc réduites pour les candidats acquéreurs. En attendant un tassement des prix, ceux-ci doivent accroître la durée d'emprunt, qui s'élève actuellement à plus de dix-huit ans, ou réduire la surface habitable, ce qui les oriente vers les appartements, ou gonfler leur apport personnel, difficile en période de stagnation des revenus. La reconduction annoncée du PTZ par le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, pour les quatre prochaines années, est donc une bonne nouvelle, mais il faudra attendre le vote définitif du texte en fin d'année pour en connaître précisément les contours.
Source : PAR VIRGINIE GROLLEAU

Modifié le  - Publié le  | Le Point
H2B Les Hommes de Biens : Le toit de vos rêves - Page 78 | H2B Les Hommes de Biens immobilier saint malo , immobilier rennes , immobilier rennes , immobilier le rheu , immobilier chantepie , immobilier saint meloir des ondes Logements neufs et vente de maisons, appartements sur Saint-Malo, Dinard, Rennes. immobilier Rennes, Saint Malo, Dinan, Bruz, Dinard - Appartement, Demeure de Prestige, Longère, Maison, Parking / box, Programme Neuf, Terrain, - Rennes, Saint Malo, Dinan, Bruz, Dinard - Votre agence H2B Immobilier Saint-Malo est spécialisée dans l’estimation, la vente, la location de maisons, appartements et l’achat en immobilier neuf à St-Malo, Rennes